LE BDSM vu par PAULO COELHO - " Onze minutes " -Editions Anne Carrière- 2003 . -

 

                 

 

" Mets-toi à genoux ! " ordonna Terence d’une voix sourde et inquiétante.

Maria obéit. Jamais elle n’avait été traitée de cette manière, elle ne savait pas si c’était bien ou mal, elle voulait seulement aller plus loin. Elle entrait dans la peau d’un nouveau personnage, une femme qu’elle ne connaissait pas du tout. (…)

Tandis qu’il lui parlait, Terence se dédoublait : un homme lui expliquait calmement les règles, un autre la faisait sentir la personne la plus misérable du monde.

" Sais-tu pourquoi j’accepte cela? Parce qu’il n’y a pas de plus grand plaisir que d’initier quelqu’un à un univers inconnu. Lui soustraire sa virginité – pas celle du corps, celle de l’âme, comprends-tu ? "

Elle comprenait.

" Aujourd’hui, tu pourras poser des questions. Mais la prochaine fois, lorsque le rideau de notre théâtre s’ouvrira, la pièce commencera et on ne pourra pas l’interrompre. Si elle s’arrête, c’est que nos âmes ne se seront pas accordées. Souviens-toi : c’est une pièce de théâtre. Tu dois être ce personnage que tu n’as jamais eu le courage d’être. Peu à peu, tu découvriras que ce personnage, c’est toi-même… "