V comme…

Pour la lettre V de cet " Abécédaire ", nous avons longtemps hésité entre V comme Vacuité virtuelle et V comme Valeur ajoutée…Puisque nous allons vers la fin, foin de l’avarice, nous posterons ce soir les deux !

 

V... comme valeur ajoutée

Nous avons entièrement CENSURE la note d'AURORA qui portait ce titre.

 

V comme vacuité virtuelle...

 

Vacuité : état d’une chose vide.

Virtuel : qui est seulement en puissance et sans effet actuel.

A l’heure de l’Internet, le virtuel est complètement entré dans nos habitudes, nos foyers, en bref dans nos vies.

Ce concept de virtualité que l’on applique avec plus ou moins de bonheur à tout ce qui se rapporte à la " toile " cache tout de même une misère humaine flagrante, une peur de l’engagement quasi généralisée

Traits que l’on retrouve bien évidemment sur le chat de Monsieur X., et ce a divers niveaux de regards.

D’abord, ceux qui dès le matin, sitôt réveillés, devant le vide de leur vie n’ont qu’une idée... se connecter au chat... pour y retrouver leurs amis virtuels.

Certains attendront d’être sur leur lieu de travail, d’autres, le feront directement de chez eux mais la plupart y passeront des heures entières à attendre un signe, un contact (toujours virtuel bien sur) d’un(e) autre... Juste quelques mots afin que cette furtivité emplisse quelques secondes la vacuité de leur existence... Ils sont même capable de l’attendre toute le journée... toute la nuit...

Et la grande majorité en restera là... Un tout petit nombre osera aller plus loin : La domination ou la soumission " virtuelle "... Et oui, cela existe... Etonnant ? Non ?

Ils refuseront, malgré leur désir affiché, la rencontre...

C’est dire la peur de l’autre, la peur de la découverte, la peur de l’inconnu et surtout la peur de s’assumer. Il est bien plus confortable de rester caché derrière son écran, dans le giron du chat de Monsieur X... sous sa protection en quelque sorte. Surtout que dans cet espace, où ce dernier fait régner l’Ordre (le sien bien entendu) on se sent tellement en sécurité... (relire le post d’hier)

Je citerais, juste pour mémoire les, allez disons, 10% qui " rencontrent " car ceux-là tapis derrière leur clavier, guettaient l’ " occasion " pour combler leur vacuité. Mais que donnent-ils, qu’engagent-ils en réalité ?

Restent les 3 à 5 % qui ont une recherche sérieuse et qui prennent le temps de construire une rencontre, une histoire lorsque par hasard, par bonheur, ils croisent la route d’une âme sœur.

Alors fini le virtuel et souvent aussi la vacuité... qu’ils échangent sans regret pour la vraie vie.

Même s’ils restent sur le chat de Monsieur X. (sourire).

Et puis, les " faux amis "...

Des personnes qui après de longs dialogues toujours virtuels, bien entendu sur le serveur de Monsieur X., et qui semblaient partager vos aspirations, vos points de vue, sans recherche particulière, sinon celle d’agrandir le cercle d’amis, et que vous finissez par rencontrer.

Vous vous ouvrez à eux, leur racontez des pans de votre vie en toute confiance... et puis un jour, pour détourner le courroux de leur tête... ils vous vendent ! ! ! (A lire dans un des prochains portraits).

Ceux aussi qui vous parlent de liberté, semblent partager les mêmes valeurs mais qui à le première vague ne vous connaissent plus et pour qui vous ne devenez même pas virtuel (puisqu’ils vous connaissent) mais invisible... Si Monsieur X. venait à apprendre qu’ils vous ont fréquenté, qu’ils vous parlent encore... qu’adviendrait-il ? Surtout ne pas prendre le risque de déplaire au Webmaître qui, pour moins que cela, en a chassé de son Eden.

Ah ! Lâcheté ! ! !

Ce qui ne les empêchera pas de vous dire, d’un ton consolateur, que tout cela est sans importance puisque c’est VIRTUEL... que la vraie vie est ailleurs...

Mais quand on est entier, que l’on a donné son amitié, cela ressemble fort à une trahison, ou pour le moins cela se vit comme tel...

La vacuité de l’amitié épaulée par le courage virtuel....

Mais qu’on en sache rien... que diable, restons consensuel !

...Sur le serveur en question....