L comme Libertin...

 

Le cœur d’un libertin est fait comme une auberge,

On y trouve à toute heure un grand feu bien nourri.

Alfred de Musset.

 

Le mot libertin évoque pour beaucoup l’image d’un libertinage sexuel (on pense en premier lieu à Casanova... qui pour nous n’était pas un vrai libertin mais un opportuniste). C’est oublier que la naissance de ce mot est liée au développement de la libre pensée en opposition avec un certain conformisme religieux.

Contrairement à Casanova, qui recherchait la protection des " Grands " de son temps, Beaumarchais fut lui un véritable libertin, n’hésitant pas à mettre sa personne et sa fortune en danger pour vivre selon ses convictions, ses idées.

A l’origine, le mot " libertinage " date du XVII° siècle avec l’apparition du rationalisme et se voulait injurieux envers les " libertins " qui affichaient une licence de l’esprit rejetant les croyances religieuses..

La licence des corps ne venant que plus tard...

Etre libertin c’est un état d’esprit où co-existe le respect de soi et des autres dans la liberté et le plaisir.

Malheureusement, de nos jours, cet aspect du libertinage est de plus en plus galvaudé.

Par un effet de mode, beaucoup de personnes se réclament du libertinage sous prétexte de sexualité débridée et il n’en reste bien souvent que la notion du plaisir (mais du leur essentiellement) et de la jouissance.

Il suffit pour s’en rendre compte d’entrer dans ce que l’on appelle (à tort ?) un club libertin...

On y rencontre, comme dans " notre monde ", un grand nombre d’hommes seuls se réclamant du libertinage, pourvu que ce soit la femme des autres qui soit libre et disponible... La leur (lorsqu’ils en ont une) devant rester sagement à la maison...

Ils cherchent et recherchent inlassablement l’" occasion ".

Et que dire d’autres " pseudo-libertins " pour qui leur compagne n'est qu’une simple monnaie d’échange... ?

Où est la Liberté ?

Où est le respect ?

Où est l’amour ?

Sur .../ NOUS AVONS CENSURE DEUX LIGNES/... une véritable approche libertine de nos jeux. C’est à dire qui y cherchaient et apportaient matière à réflexion par leurs interventions et participations diverses.

C’était les temps heureux de la libre pensée et de la libre parole, avec parfois la rencontre de deux esprits qui se reconnaissaient, rencontre qui alors pouvait amener à l’exultation des corps..

Maintenant, .../ CENSURE /... comme ailleurs (clubs et autres lieux), on trouve de plus en plus de " consommateurs " de chair, avides de plaisir, ne s’embarrassant que fort peu d’élémentaire courtoisie, allant " au plus pressé " : la recherche de leur jouissance.

C’est le temps du consumérisme... .../ NOUS AVONS CENSURE DEUX LIGNES/...

Et sous couvert de libertinage, on s’ " encanaille " et l’on se donne quelques frissons...

Pour nous, le véritable libertinage est " réactionnel "... Il s’oppose au conventionnel, tant par l’esprit que dans la chair.

Pour nous le libertinage est " révolutionnaire " puisqu’il bouscule les règles établies...

Pour notre part, nous essaierons d’être toujours fidèles à cet esprit, dans notre amour, dans nos plaisirs, dans nos jeux, dans nos vies.

REFLEXION :

Et Jésus, qui était (avant d’être " récupéré ") seulement un homme qui parlait d’amour et de liberté, et pour son temps, un élément subversif et révolutionnaire, crucifié par les autorités morales de son époque... ne fut-il pas le premier des libertins ?