REVES

 

JE REVE

De calanques, de pins, de mer et de cigales

De rochers diaprés où nos corps repus et nus

Pris par le désir au cours d’une balade

Se sont aimés. Reposons nous sous les nues.

 

 

JE REVE

De tes bras entravés, de tes mains qui implorent

Poitrine haletante et tes fesses rougies

Tandis que ton buisson noir que ma main explore

Déverse son plaisir comme coule bougie.

 

JE REVE

De bougies rouges qui coulent de tes hanches

Aux doux vallonnements de ton corps tant aimé,

Ecrivant Mon Amour sur une peau si blanche.

Neige dont je m’abreuve, jamais rassasié.

 

JE REVE

D’un petit restaurant où au coin de la nappe,

Pour l’éclat du bonheur au fond de tes yeux noirs,

Je t’écrirai des mots doux entre deux agapes,

Des tendres mots d’Amour qui parleront d’espoir.

 

JE REVE

De tes seins où ma tête, après, repose

Lorsque fatigué d’avoir manié le fouet

Le bras dolent, je t’accorde une pose.

De tes petits seins que couvrent mes baisers.

 

 

 

JE REVE

De mon fouet, serpent s’enroulant sur ton torse

Et dont le bout cinglant réveille ta douleur

Je sais, ma belle âme, que j’ai fait une entorse

A ton beau rêve à Toi qui n’est que de douceur.

 

JE REVE

De t’avoir près de moi le soir au coin du feu

Où blottie dans mes bras quand la braise se meurt,

Chatte ronronnante sous ma main qui se meut

Tu murmures d’envie et tu fais mon bonheur.

 

JE REVE

De deux larmes qui sur tes joues coulèrent

Et que ma bouche bue, Elixir de ma vie,

Puis descendant, tes lèvres s’écartèrent,

Ma langue qui mêla nos salives à l’envie.

 

JE REVE

D’une croix de bois noir où tu t’écartèles

Les pieds et poings liés, ouverte à mon désir

Et où ton cul cambré comme jeune gazelle

S’offre à ma cravache pour notre grand plaisir.

 

 

JE REVE

De voir Venise la Belle Décadente

Où tu dois m’amener un jour de l’an prochain

De gondoles ventrues et de l’Enfer de Dante,

De ta robe à paniers où fourrage ma main.

 

JE REVE

Aussi, mais là, je suis utopique, à ce jour

Qui, je le sais au profond de mon cœur, viendra,

Où nous serons unis malgré tous les détours

De la vie. Victoire que l’Amour remportât