F comme Femme...

 

Femme fragile

Folie fébrile

Fin délié

Toi qui existes

En tant que sujet et qu’objet

Toi qui te nommes

Et toi qui te reconnais

Dans ces jeux d’ombre

Où ton corps

Est un corps de ballet

Tu as la taille prise

Et les mains attachées

Tu es surprise

De ce qui va t’arriver

Tes seins tes hanches

Et tes fesses sculptées

La corde est noire

Si ta peau est d’opale c’est beau

La corde est rouge

Et si ta peau est mate c’est beau

Comme les stries qui vont bientôt te marquer

Et qui ne sont que traces de baiser

Fleur de cerise

Ou bien fleur de pommier

Ton nom Soumise

Est un prénom à porter

Belle à l’extrême d’autant t’abandonner

Tu donneras

Recevras partageras

Car ta recherche de toute éternité

N’est pas douleur

Comme certains le croiraient

Mais don d’un cœur

Et désir d’être aimée.

Comme il s ‘exprime

Est le droit de chacune

Le tien est grand

De ton humilité peu commune

Mais aussi de

Ta fierté sans pareille

Femme ma sœur,

Petite abeille

Des cœurs.