SM ( Les valeurs SM : En SM, la fidélité n'est pas une valeur prisée.) - En SM, j’ai toujours été étonnée de voir que dans les faits, la fidélité est si peu prisée.

Le SM étant un monde à part, cela m’a toujours laissée perplexe cette antinomie qui existe entre le fait de chercher, d’avoir une quête : la recherche du partenaire idéal qui saura créer nos " fondations " communes en terre SM et la vanité de cette recherche en soi puisque rares sont ceux qui, dans le milieu SM, une fois qu’ils l’ont conduite jusqu’à bon port s’en satisfont.

Cela a peut-être un début d’explication dans le fait qu’en SM, le couple est rarement légitime…

Les femmes qui ont ces " tendances " SM les connaissent en général depuis longtemps mais ne se décident à mettre ces pulsions en pratique que passé un certain âge lorsqu’ elles ont déjà construit un couple " dans la norme " : le partenaire SM deviendra donc l ‘ " amant " comme c’est le cas dans le trio classique de l’adultère bourgeois et cet " amant " bien souvent marié lui-même saisira le prétexte du SM pour prétendre à une liberté de rencontres à trois ou à plus car dans le SM, la notion de " proposer " sa soumise à de multiples partenaires est l’un des " musts " tout comme le fait de s’assurer soi-même une petite 'caravane' de soumises de rechange.

Les chats SM, les serveurs SM servent à cela… J’y ai toujours vu se produire les mêmes cas de figures :

-le couple qui est ensemble depuis des années : il recherche d’autres couples ou d’autres Dominateurs pour elle ou bien une autre soumise pour Lui. Ceux-là sont soit des couples sur le retour se lançant dans le SM comme vers une dernière chance soit de vrais pratiquants oeuvrant au nom de la dite " multiplicité des partenaires ", théorie SM fumeuse mais reconnue par toute l’intelligentsia du " milieu ".

-le prétendu Dominateur : il cherche éperdument " sa " soumise mais il la cherche dans tous les sens, adaptant sur les chats SM ses propos aux profils de celles qu’il connecte, prenant plusieurs rendez-vous pour la même semaine, et finissant par établir une multitude de petites liaisons à droite et à gauche, n’hésitant pas à faire ou à faire faire quelques centaines de kilomètres pour une soirée qu’il ajoutera à son palmarès et à ses confidences entre " Maîtres " sur le chat…

-la soumise éclectique : elle aussi les essaye tous une fois, pour elle comme pour lui c’est rassurant d’être si prisée, si demandée sur les chats SM, bien plus que sur des serveurs de rencontres classiques…

-le Dominateur ou la Domina, pratiquant (e) reconnu (e), qui affiche et clame haut et fort l’étendue de son cheptel (oui, oui, ça existe) et qui appelle ça " vivre SM " !!!

Le problème vient en fait principalement, vous l’aurez compris, qu’à de très rares exceptions, la rencontre SM ne se fait pas spontanément, comme dans la vraie vie…La plupart du temps, proposer à son partenaire (mari, femme, concubin(e) de partager notre jardin secret lorsque c’est celui du SM, c’est s’exposer à essuyer un refus plus ou moins problématique ou bien se trouver face à une acceptation qui ne mènera à rien ( contrainte et forcée: " je vais essayer pour te faire plaisir " )…

D’où cette quasi obligation de passer, comme autrefois par le Minitel SM, aujourd’hui par les sites et les chats SM : hélas, leur fonctionnement monte souvent à la tête des gens qui à lire une liste de connectés voient là comme un gigantesque supermarché SM et qui s’étonnent parfois ( j’ai vu cela) s’ils n’ont pas pu garnir à foison leur caddie en huit jours.

Vous l’aurez compris, tout cela n’a rien à voir avec notre conception du SM.

Nous avons toujours pensé qu’au contraire cette relation devait s’inscrire dans la durée, dans l’unicité afin d’aboutir au moment du " jeu " à une véritable confiance, à un véritable abandon de l’un (e), à une véritable " maîtrise ", à une véritable emprise de l’autre, afin de permettre d’avancer, encore et encore, et qu’il ne s’agisse pas ainsi d’un jeu de gestes réglé à l’avance comme un ballet mais bien au contraire d’une perpétuelle découverte de l’autre, de soi…chose qui ne peut, selon nous que s’accomplir à deux et non pas au milieu d’une pantomime triste où tout un chacun, tôt ou tard, loin du respect, du partage et de la complicité, finit par tenir le rôle hélas classique du " tiers lésé "…

Ainsi d’ailleurs explosent généralement les couples, SM ou non-SM, libertins ou " normaux "…